Le concept d’auto-trahison

Je suis en train de lire un livre génial. Je le lis pour la deuxième fois, mais on dirait que le sujet est encore plus parlant pour moi aujourd’hui. Le chapitre que je viens de terminer présente le concept de l’auto-trahison et comment il affecte nos relations. Je suis en train de lire le livre «Sortir de la boîte» de Arbinger publié par Ronan Denniel éditeur. Tout le monde a probablement son idée de ce que veut dire sortir de la boîte. Vous diriez probablement; être créatif, faire différent ou voir la vie sous un autre angle. Dans ce livre, sortir de la boîte est un concept plutôt simple. Tu es dans la boîte quand tu considères les autres comme un objet et tu es hors de la boîte quand tu considères les autres comme des personnes. C’est simple :-), non ? Ce livre raconte les débuts d’un nouveau cadre, Tom, dans la haute direction d’une entreprise qui a bâti son succès sur cette pratique (être hors de la boîte). Durant ses premiers jours, son horaire du temps comprend des sessions de formation sur le concept d’être ou non dans la boîte et de plusieurs autres concepts qui en découlent. C’est un superbe livre de management et de leadership.

Le chapitre qui m’a particulièrement frappé parle du concept de l’auto-trahison. Je pense que c’est le contexte de son exemple qui m’a touché. Bud explique à Tom le concept de l’auto-trahison en utilisant un exemple de sa vie familiale. Je vous cite des extraits qui ne sont pas textuellement reproduits ici : «Une nuit, alors que mon fils dormait, j’ai été réveillé par ses cris plaintifs. Il avait environ 4 mois. Il était tout près d’une heure du matin. Sur le coup, j’ai eu une impression, comme un sentiment ou un ressenti, ou la pensée que je devais faire quelque chose. Je devais me lever et aller m’occuper de lui pour laisser ma femme dormir.» Vous voyez le genre. J’adore ce qu’il explique par la suite. Lorsque nous sommes hors de la boîte, nous considérons les autres comme des personnes qui ont aussi des espoirs, des besoins, des soucis et des peurs. Et parfois, nous avons l’impression ou la sensation que nous devons faire quelque chose pour cette personne, comme l’aider, lui rendre service ou faire quelque chose pour lui faire plaisir. À ce moment précis, en entendant son bébé pleurer, il a eu envie d’intervenir pour relayer sa femme. Mais qu’est-ce qu’il a plutôt fait ? Ce que plusieurs parents ont le goût de faire la nuit, rester coucher 🙂 C’est à ce moment-là qu’il a «trahi» cette sensation à propos de ce qu’il devait faire pour sa femme. Quand on choisi de ne pas faire ce que nous sentons devoir faire pour une autre personne, on appelle ça de l’auto-trahison. C’est commun comme réaction, on s’auto-trahi probablement tous les jours. Non?!

Ce qui est particulièrement brillant, c’est ce qu’il explique qui se passe en nous après avoir commis un acte d’auto-trahison. C’est une question de perception, après avoir fait un acte d’auto-trahison, notre manière de voir l’autre change. Comment vous pensez qu’il a commencé à voir sa femme au moment même où il a choisi de ne pas se lever? Il s’est mis à voir sa femme comme une mère qui ne faisait pas son travail, qui était indifférente, qui manque d’égard pour lui et qui était possiblement insensible à tout le travail qu’il faisait et qui probablement faisait semblant de dormir. Et en même temps qu’il commence à la voir d’une manière tout à faire erronnée, il commence à se voir comme une victime, un travailleur acharné qui a besoin de sommeil et qu’il était probablement plus important que lui dorme plutôt qu’elle. Le portrait commence à être assez clair. Ici je cite textuellement: «Lorsque je me trahis moi-même, je commence à voir le monde d’une manière qui justifie mon auto-trahison.»
C’est tellement vrai!
Autant de raisons pour justifier ce que je fais et de ne pas faire ce que je devrais. C’est ça l’auto-trahison.
«Lorsque je vois le monde à travers l’auto-justification, ma vision de la réalité se trouve déformée.»
«Par conséquent, lorsque je me trahis moi-même, j’entre dans la boîte.»
C’est fou, j’ai tellement de situations qui me reviennent en tête et qui me semblent être de flagrants moments d’auto-trahison. L’auto-trahison, c’est le début des conflits qui sont basés sur des perceptions erronées. Ça se peux-tu que ça arrive dans mon couple, avec ma famille et mes enfants? Bien sûr que oui.

Ça me rappelle même un extrait de Mère indigne Saison 1 épisodes 4 – À mourir de rire !!!
Je ne suis pas encore certaine de ma conclusion, mais je suis très consciente de ce concept et des conséquences de l’auto-trahison sur ma perception des autres. Je pense donc avoir de nouveaux indicateurs pour doser mon jugement et rester hors de la boîte plus souvent. Je considèrerai alors  ma famille comme des personnes. Allez sortons de la boîte !!

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *